Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

12/10/2010

Energie pas si propre

On croyait pouvoir ranger l'énergie hydroélectrique dans la catégories des énergies propres. Peut-être plus pour longtemps.
En Suisse, des chercheurs ont découvert récemment découvert que la lac du barrage hydroélectrique de Wohlen (près de Berne) émettait des quantités qualifiées de "considérables" de méthane. Un gaz à effet de serre environ 25 fois plus puissant que le CO2.
"En moyenne, plus de 150 milligrammes de méthane s’échappent de chaque mètre carré de sa surface vers l’atmosphère. C'est le taux d’émission le plus élevé jamais mesuré dans un lac de latitude moyenne", indiquent les chercheurs de l'institut Eawag, qui ont étudié une partie du lac de Wohlen. En extrapolant ces mesures, les scientifiques de cet institut de recherche spécialisé dans le domaine de l'eau, estiment que ce lac produit 150 tonnes de méthane par an, soit l'équivalent du CO2 généré par 25 millions de km de circulation automobile ou des émissions annuelles de 2.000 bovins. "En été, le lac de Wohlen fait parfois penser à une coupe de champagne, une multitude de bulles de gaz remontent vers la surface", commente une des chercheuses.
Le méthane est le composant principal du gaz naturel issu de la fermentation de matières organiques animales ou végétales en l'absence d'oxygène. Il se dégage des zones humides peu oxygénées comme les marais et se forme aussi dans l'estomac des mammifères. Les chercheurs vont désormais étudier d'autres lacs de barrage du plateau suisse pour voir si celui de Wohlen constitue une exception et si une correction du bilan méthane de la Suisse s'avère nécessaire, étant donné que ce GES est inclus dans le protocole de Kyoto.
Les scientifiques ont aussi réalisé des expériences préliminaires dans des lacs de barrages tropicaux, dont celui de Kariba en Zambie, à indiqué  un des responsables de l'étude, Bernhard Wehrli, relevant que des niveaux "très élevés" de matériaux riches en carbone y ont été trouvés.
Dans le cas du lac de Wohlen, la matière organique en provenance de la rivière Aar se dépose au fond de la retenue d'eau où elle est dégradée par fermentation bactérienne. Mais "même en attribuant la totalité des émissions de méthane de la retenue au fonctionnement de l’usine hydroélectrique de l’Aar, elles restent, exprimées en équivalents CO2, encore 40 fois moins importantes que la quantité de dioxyde de carbone libérée par une centrale thermique au charbon de puissance équivalente", nuancent les experts. (avec AFP)

15:18 Publié dans Climat | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : energie, climat, suisse