Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

28/04/2011

Haro sur les forêts

15_17_15_511140000_RTR1AE9D--U10902282245bgD-267x367.jpgLe Fond mondial pour la nature, plus connu sous l'acronyme WWF, fête ce vendredi ses 50 ans. Un demi-siècle d'existence et probablement encore beaucoup de belles années à vivre, vu la gravité des enjeux qui se profilent pour l'avenir de notre planète.

Parmi ces enjeux, celui de la déforestation. D'après le WWF, 30 millions d'hectares de forêts seraient actuellement menacés de disparition d'ici à 2050, phénomène qui aurait des conséquences dramatiques sur le climat, la diversité des espèces et le développement économique.
Le WWF appelle les acteurs politiques et économiques à mettre tout en oeuvre pour atteindre un objectif de "Zero déforestation" au niveau mondial d'ici à 2020. La situation est notamment très problématique dans le bassin du Congo, deuxième poumon de la terre, où 9 millions d'hectares de forêts ont déjà été détruit, indique Damien Vincent, directeur du WWF-Belgique. De nombreux progrès ont toutefois été réalisés récemment dans cette région puisque 20 millions d'hectares de forêts congolaises se trouvent désormais en zone protégée et que 5 millions sont exploités durablement sous le label FSC. Un label créé justement sous l'égide du WWF en 1993. Bon anniversaire!

12/04/2011

Plus de crevettes, plus de manchots

14_53_36_746157443_Reporters_sunset1149561--U20544747199P1G-95x91.jpgVoilà un bel exemple pour démontrer le lien entre les espèces, et les dangers de la perte d'un maillon pour l'ensemble de la chaîne alimentaire. D'après une recherche menée en Australie, les manchots de l'Antarctique seraient en effet davantage menacés par la diminution du nombre de crevettes dans la mer que par la fonte des glaces !
Cette recherche a été menée sur les trois dernières décennies sur des manchots à jugulaire et des manchots Adélie. La diminution des populations de ces deux espèces est encore particulièrement perceptible sur les dix dernières années où l'on a vu certaines colonies perdre la moitié de leur population.
Ces manchots se nourrissent en effet presque exclusivement de petits crustacés - les euphausia - dont la population dans l'Atlantique affaiblie par le réchauffement climatique, a diminué près de 80% depuis les années 70. Des crustacés, proches des crevettes, qui vivent dans les grandes profondeurs glaciales des océans et constituent un maillon essentiel de la chaîne alimentaire.
La disparition progressive de ces crustacés pousse les manchots à trouver de nouveaux endroits pour s'alimenter. Une difficulté supplémentaire pour les jeunes manchots qui parviennent beaucoup moins facilement à l'âge adulte que leurs aînés, expliquent les auteurs de cette étude.
"Avec le réchauffement climatique qui se poursuit, la perte des euphasia aura un effet considérable sur tout l'écosystème antarctique", pas seulement les manchots, prédisent-ils.

24/02/2011

La fin des coraux

20_48_22_263224030_Reporters_sunset1267539--U116604036253hH-446x780.jpgAmateurs de plongée et d'exploration des fonds marins, dépêchez-vous de réserver vos vacances en Australie si vous voulez avoir une chance dans votre vie d'admirer la fameuse "Grande barrière de corail".

D'après un rapport publié mercredi, l'ensemble des récifs coraliens de la planète pourrait en effet totalement disparaître d'ici 2050 si aucune action n'est entreprise pour enrayer les phénomènes qui les menacent. Entre autres menaces, on peut citer l'acidification des océans, conséquence directe de la pollution au CO2, le réchauffement des mers, conséquence directe du réchauffement climatique, la surpêche ou encore l'urbanisation des côtes.

Le corail abrite des millions d'algues qui lui donnent ses fameuses couleurs. Des algues qui ne supportent pas l'élévation de la température de l'eau. Une fois les micro-algues mortes, le corail se décolore et meurt de faim, se transformant en une sorte de squelette calcaire. "Si on les laisse sans contrôle, plus de 90% des récifs seront menacés d'ici 2030 et à peu près tous les récifs d'ici 2050", peut-on lire dans le rapport "Reefs at Risk Revisited" du World Ressource Institute.
Bien plus qu'une attraction pour les touristes et une niche importante de biodiversité marine, les récifs coraliens constituent aussi une barrière de protection des côtes contre les catastrophes naturelles, au même titre que les mangroves. En Australie, la grande barrière de corail a été particulièrement abîmée par les gigantesques innondations qui ont frappé le Queensland au mois de janvier dernier ainsi que par le récent cyclone Yasi.