Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

24/02/2011

La fin des coraux

20_48_22_263224030_Reporters_sunset1267539--U116604036253hH-446x780.jpgAmateurs de plongée et d'exploration des fonds marins, dépêchez-vous de réserver vos vacances en Australie si vous voulez avoir une chance dans votre vie d'admirer la fameuse "Grande barrière de corail".

D'après un rapport publié mercredi, l'ensemble des récifs coraliens de la planète pourrait en effet totalement disparaître d'ici 2050 si aucune action n'est entreprise pour enrayer les phénomènes qui les menacent. Entre autres menaces, on peut citer l'acidification des océans, conséquence directe de la pollution au CO2, le réchauffement des mers, conséquence directe du réchauffement climatique, la surpêche ou encore l'urbanisation des côtes.

Le corail abrite des millions d'algues qui lui donnent ses fameuses couleurs. Des algues qui ne supportent pas l'élévation de la température de l'eau. Une fois les micro-algues mortes, le corail se décolore et meurt de faim, se transformant en une sorte de squelette calcaire. "Si on les laisse sans contrôle, plus de 90% des récifs seront menacés d'ici 2030 et à peu près tous les récifs d'ici 2050", peut-on lire dans le rapport "Reefs at Risk Revisited" du World Ressource Institute.
Bien plus qu'une attraction pour les touristes et une niche importante de biodiversité marine, les récifs coraliens constituent aussi une barrière de protection des côtes contre les catastrophes naturelles, au même titre que les mangroves. En Australie, la grande barrière de corail a été particulièrement abîmée par les gigantesques innondations qui ont frappé le Queensland au mois de janvier dernier ainsi que par le récent cyclone Yasi.

Commentaires

C'est bien joli, tout cela, mais :
1) les océans sont basiques (pH=8,2) et, compte tenu de leur énorme volume, ils ne peuvent devenir acides. Seule leur basicité peut décroître, mais avec des quantités phénoménales de CO2 : pour que le taux de CO2 double dans les océans, il faudrait y injecter environ 40 fois tout le CO2 de l'atmosphère et 4000 fois toutes les émissions humaines.
2) les températures océaniques sont en légère baisse depuis 2003, comme l'ont montré les mesures des 3350 sondes océaniques ARGO.
3) les coraux souffrent uniquement de nos pollutions par rejets de produits toxiques dans les océans. C'est sur ce point qu'il faut agir, et nous en avons les moyens si la volonté politique suit.
Arrêtons d'accuser le réchauffement climatique, car il n'existe plus depuis 1999 (la température moyenne globale est stable depuis cette date), et occupons nous des vraies causes.

Écrit par : jipebe29 | 25/02/2011

Les commentaires sont fermés.